Moyens de contraception :
quels remboursements pour la contraception ?


Moyens de contraception : quels remboursements pour la contraception ?

On définit la contraception comme l’ensemble des moyens (pilule, stérilet, préservatif, patch contraceptif, etc.) permettant de causer une infécondité temporaire chez l’homme ou la femme. Concrètement, un moyen de contraception permet donc d’éviter une grossesse.

En termes de chiffres, en France, 60% des femmes utilisent la pilule comme moyen de contraception, 23% utilisent le stérilet et 16% utilisent un autre moyen de contraception.

Quel est le taux de remboursement des moyens de contraception ?

Remboursement de la contraception : le cas de la pilule

Médicament se présentant sous la forme de comprimés à prise périodique, la pilule est le moyen de contraception le plus plébiscité par les femmes en France. En terme de remboursement on distingue les pilules de 1ère et 2ème génération et les pilules de 3ème génération. La différence entre les différentes génération de pilules se situe au niveau de leur composition. Les pilules de 3ème génération contiennent plus de progestatifs contrairement à celles la première génération qui sont composées à la fois d’œstrogènes et de progestatifs.

  • les pilules de 1ère et 2ème génération
    Les pilules de 1ère et 2ème génération sont remboursées à hauteur de 65% par la Sécurité sociale.

  • la pilule de 3ème génération
    La Sécurité sociale ne rembourse pas ce type de contraception. Seules deux pilules (la Désobel Gé et la Varnoline continue) dites de 3ème génération sont remboursées à hauteur de 65% par la Sécurité sociale.

Remboursement de la contraception : le cas du stérilet

Le stérilet, aussi appelé Dispositif Intra-Utérin (DIU) est un moyen de contraception qui se présente sous la forme d’un petit dispositif en forme de "T" que l’on place dans l’utérus. Il existe sous deux formes : le stérilet en cuivre d’une part et le stérilet hormonal d’autre part. Une fois posé, un stérilet est généralement efficace sur une période allant de 3 à 5 ans.

Pour ce qui est du remboursement de ce type de contraception, la Sécurité sociale intervient à hauteur de 65%.

Moyen de contraception d’urgence : la pilule du lendemain

En cas de rapport sexuel à risque (rapport non protégé, oubli de pilule, de rupture de préservatif, rapport sexuel non désiré, déplacement du stérilet, etc.), il est possible d’accéder à un moyen de contraception d’urgence, la "pilule du lendemain".

Ce moyen de contraception d’urgence permet de bloquer l’ovulation chez la femme et d’éviter une grossesse en empêchant un éventuel embryon de se fixer dans l’utérus.

La "pilule du lendemain" est normalement délivrée de manière anonyme et gratuite aux jeunes femmes mineures.

Concernant le remboursement de la contraception d’urgence :

  • avec une prescription médicale : le remboursement de la Sécurité sociale s’élève à 65%
  • sans prescription médicale : la Sécurité sociale ne rembourse rien

Important :

  • la contraception d’urgence doit être prise dans un délai de 3 à 5 jours (selon le médicament) suivant le rapport. Plus la contraception d’urgence est prise rapidement, plus elle a de chance d’être efficace
  • la contraception d’urgence ne peut en aucun cas se substituer à une contraception régulière. Il s’agit d’un moyen de contraception qui doit rester exceptionnel

Le préservatif, le patch contraceptif, l’anneau vaginal : des moyens de contraception à votre charge

La Sécurité sociale ne rembourse pas toutes les méthodes de contraception.

  • le préservatif est un moyen de contraception qui n’est pas du tout pris en charge par la Sécurité sociale. Néanmoins, il est possible, la plupart du temps, de se procurer gratuitement des préservatifs auprès des planning familiaux ou encore auprès des Centres de Dépistage Anonymes et Gratuits (CDAG)
  • l’anneau vaginal se présente sous la forme d’un anneau à insérer dans le vagin et à garder durant 3 semaines. Il n’est pas remboursé malgré son prix moyen de 16 € par mois
  • le patch ou le timbre contraceptif est une forme d’autocollant à poser sur la peau. Un même patch reste efficace une semaine avant de devoir être changé. La Sécurité sociale ne rembourse pas ce type de contraception malgré son prix mensuel de 15 €
  • L’implant contraceptif est un bâtonnet de 4cm de long inséré sous la peau du bras par le médecin. Efficace durant 3 ans, il contient un progestatif et est pris en charge à 65% par l’Assurance maladie.

Les complémentaires santé et le remboursement de la contraception

Certaines complémentaires santé, notamment celles destinées aux jeunes intègrent des "forfaits contraception" ou d’autres types de garanties concernant la contraception. Il peut ainsi arriver qu’elles s’acquittent du remboursement de moyens de contraception non remboursés par la Sécurité sociale ou qu’elles prennent en charge tout ou partie de la contraception d’une femme.

On parle couramment de « mutuelle santé » mais le terme exact est « complémentaire santé » lorsque l’on parle d’un contrat proposé par un organisme assureur (mutuelles , assurances ou institutions de prévoyance) qui vient en complément des remboursements de l’Assurance maladie, afin d’assurer une meilleure prise en charge des soins de santé. Le terme « mutuelle » au sens propre désigne en effet l’un des organismes assureurs pouvant proposer les complémentaires santé.

Faire un devis santé en ligne